Maxime Charneau, finissant en Techniques d’intégration multimédia, a réalisé un stage au Sénégal aux côtés de trois autres étudiants du Cégep de l’Outaouais et un de leur professeur. À son retour de Dakar, Maxime a voulu nous partager son expérience.

« J’ai passé, en avril dernier, trois formidables semaines à Dakar, au Sénégal. Une expérience unique qui m’a ouvert sur le monde. Je vais garder en mémoire que de beaux souvenirs. Lors de mon stage d’études, j’ai eu la chance d’être reçu chez M. Balla Timéra, directeur des études au Centre de Formation Professionnelle et Technique Sénégal-Japon (CFPT S-J ) et de m’intégrer à sa famille. J’ai découvert leur culture, manger leur nourriture et me suis adapté à leur mode de vie. De plus, j’ai visité des places historiques comme la Maison des Esclaves qui m’a permis d’en apprendre un peu plus sur leur histoire.

Ce stage s’effectuait en collaboration avec trois étudiants du Cégep de l’Outaouais et un de leur professeur en multimédia. J’étais donc avec Gabryelle Toupin, Marie-Claude Viau, Alexandre Turpin et Jean Boudreau. Dans le cadre du programme Techniques d’intégration multimédia, notre stage consistait à développer des supports multimédia pour le Centre de Formation Professionnelle et Technique Sénégal-Japon. Nous avons donc procédé à la refonte de leur site Web, à la conception de dépliants promotionnels, à la création d’un intranet et ainsi qu’à la réalisation de vidéos descriptives sur  le Centre et ces programmes de formations.

De plus, durant notre séjour, nous avons eu le plaisir de voir quelques merveilles du pays comme le monument de la renaissance africaine, l’île de Gorée,  l’île de N’gor, la Place du souvenir, l’Université Internationale du Sénégal et le parc de Bandia.

Une fois notre première partie de stage terminée, nous sommes retournés au Canada pour finaliser le projet. Nous avons eu trois autres semaines à notre disposition pour remettre les résultats de nos travaux.

Notre stage a été un franc succès aussi bien du côté du CFPT S-J que de celui du Service de développement international du collège Édouard-Montpetit. Ce stage a été possible grâce à l’Agence canadienne de développement international. »

Maxime Charneau